Alexandre – 3ème année Licence Histoire

« Je m’intéressais énormément à l’histoire de Bretagne, on m’a alors conseillé de faire histoire et je ne regrette pas du tout. »
Continue reading “Alexandre – 3ème année Licence Histoire”

956 vues

Marie-Morgane – 1ère année Licence de Philosophie

« J’ai fait un bac L, mais ce n’est pas une nécessité pour venir en philosophie, certains avaient fait un bac technologique ou un bac pro. »
Continue reading “Marie-Morgane – 1ère année Licence de Philosophie”

909 vues

Elise – 2ème année Licence Lettres Modernes

« J’ai commencé par faire un premier semestre en droit, qui ne m’a pas plus. Je me suis réorientée en Lettres, et ça m’a beaucoup plus parce que c’était dans la lignée de mon bac. »
Continue reading “Elise – 2ème année Licence Lettres Modernes”

1 111 vues

Françoise – 1ère année Licence de Psychologie

« J’ai toujours aimé le contact avec les autres, j’ai toujours été curieuse de nature, j’ai toujours aimé écouter les histoires des autres. »
Continue reading “Françoise – 1ère année Licence de Psychologie”

1 182 vues

Camille, étudiante en L3 Lettres modernes

J’ai fait mes années lycées à Amiral Ronarc’h, où j’ai obtenu un Bac littéraire international espagnol.
Depuis le collège j’ai fait beaucoup de théâtre, de chorale… Quand il a fallu choisir en classe de terminale j’ai donc hésité entre la licence d’art du spectacle vivant à Rennes, un double cursus espagnol/lettres modernes et une école de théâtre.
J’ai finalement décidé d’aller en Lettres modernes après avoir discuté avec des professeurs et plusieurs personnes. En effet, avec cette licence j’avais la possibilité de continuer mes études et d’acquérir une culture solide tout en continuant de pratiquer le théâtre. Grâce aux horaires de cours, j’ai pu m’organiser pour le travail personnel que demande la licence et multiplier les projets théâtraux. En trois ans, j’ai pu voir que les deux étaient souvent complémentaires.
Au début, le passage de l’université au lycée a été un peu dur. Mais très vite, je me suis passionnée pour les cours. De plus, au fil des mois on commence à connaître sa promotion. Dans les moments difficiles on se serre les coudes et pour les exposés ou lorsque les partiels arrivent, un travail collectif se met en place.

1 021 vues