Bianca, étudiante en 2ème année – IUT GMP

J’ai fait un bac S Sciences de l’Ingénieur à Mont-de-Marsan (au sud de Bordeaux), et je faisais aussi spé maths et latin (depuis la 5ème !).

Au lycée, je ne savais pas trop ce que je voulais faire, même pas du tout en fait. Comme j’avais un bon niveau, je me suis dit que je pourrais peut-être aller en prépa, et j’ai choisi de faire spé maths en Terminale pour avoir un avant-goût de ce qui m’attendait. Et puis arrivée en Term, je me suis rendue compte que je devais travailler beaucoup plus dur pour garder mon niveau, et je savais que ce serait encore plus dur si j’allais en prépa, donc j’ai changé d’avis.

C’est comme ça que j’ai décidé de me tourner vers un premier cycle d’études courtes. J’ai assisté à plusieurs forums sur les poursuites d’études (Azimut par exemple), et j’ai rencontré un élève de DUT GMP qui m’a convaincue. J’aimais beaucoup ce que je faisais en SI, alors j’ai choisi ce DUT parce qu’il semblait être le prolongement parfait ce cette matière. J’ai envoyé ma candidature à Brest et Bordeaux (je connais des gens un peu partout alors j’ai pu demander des endroits très éloignés), et j’ai été prise à Brest qui était mon premier vœu. J’ai d’abord voulu faire mon DUT par alternance, mais je m’y suis prise trop tard pour chercher un entreprise, donc j’ai eu une place en formation classique.

Glenn, étudiant en 2ème année d’IUT Génie électrique et informatique industrielle

Après avoir fait une seconde générale j’ai été orienté vers une 1ere S sciences de l’ingénieur par mes professeurs car j’avais de bonnes notes. J’ai accepté d’y aller plus par fierté d’intégrer une filière dite « prestigieuse » que par goût. Résultat : ça ne m’a pas plu du tout et j’ai donc été réorienté en fin d’année. Quand on aime pas ce que l’on fait c’est bien plus difficile de travailler.

J’ai choisi d’aller en 1ère STI génie électronique surtout pour l’attrait des nouvelles technologies, et ce choix s’est avéré être le bon. Les enseignements techniques m’ont rapidement passionné, la création de petites cartes électroniques basiques, la compréhension de petits systèmes rendaient les cours plus intéressants.

J’ai obtenu mon BAC avec mention et à nouveau s’est posée la question de l’orientation. J’avais le dossier pour aller en classe préparatoire mais l’expérience de la filière scientifique m’avait un peu refroidi. J’ai découvert le DUT GEII lors d’une visite de l’IUT de Brest organisée par un de mes professeurs et j’ai décidé de poursuivre mes études dans cette filière car il constitue pour moi la poursuite d’études idéale. Moitié théorie, moitié pratique. Une formation tremplin pour les poursuites d’études courtes ou longues qui donne une grande ouverture sur les métiers du génie électrique.

Antonin et Pierre, étudiants en 2ème année IUT – Génie biologique, option génie de l’environnement

Antonin :

Mon parcours, en est encore à ses débuts, du moins je le pense pour l’instant ! J’ai suivi un bac S option sciences de la vie et de la terre par envie d’étudier la nature dans son ensemble, de la météo à l’étude de toutes les petites bêtes autour de nous.
J’ai ensuite dû choisir entre des filières très théoriques comme la fac, les études avec plus de pratiques comme les BTS et un intermédiaire entre les deux : le D.U.T.

A la base je voulais suivre un cursus vétérinaire mais je me suis rendu compte que la filière avait trop d’options «médicinales» qui m’intéressaient moins. En fait mon choix d’étude a vraiment fait l’objet de beaucoup de recherches pour trouver la poursuite d’étude qui me convenait le mieux, par internet, en rencontrant des étudiants et des professionnels, et en allant aux portes ouvertes.
Je voulais étudier des écosystèmes dans leur globalité, et l’I.U.T. me proposait la meilleure formule pour garder contact avec le terrain mais continuer à emmagasiner des connaissances théoriques.

La meilleure façon de trouver le métier adapté, d’après mon vécu, c’est de ne pas directement viser une profession mais de se spécialiser progressivement en étudiant d’abord le domaine qui passionne vraiment, et de prendre son temps car mine de rien, les avis changent !”

Pierre :

Mon cheminement jusqu’ici est normal : je sors d’un bac scientifique option sciences et vie de la terre. Jusqu’ici je n’avais pas d’idée précise sur ce que je ferais plus-tard. Vétérinaire? Je l’ai envisagé, mais la filière ne me convenait pas, les études me paraissaient trop longue. Je suis donc sorti de première sans aucune idée précise sur mon orientation post-bac ; le seul critère : je voulais avoir une part « d’extérieur », c’est-à-dire, ne pas rester derrière un bureau toute la journée.

J’ai donc procédé par ordre, j’ai choisi le domaine de la biologie. La SVT est une matière qui m’intéressait, ou du moins là où j’étais le moins mauvais.
Ensuite j’ai dû choisir entre la Prépa, le BTS, la fac ou l’IUT. J’ai opté pour le type d’étude qui me convenait le mieux : l’IUT ; des études axées sur la pratique, avec un bon suivi des professeurs, et une ambiance non pas de compétition mais d’entraide.

J’ai pu conforter mon choix en effectuant quelques portes ouvertes, principalement d’IUT. J’ai découvert les différentes spécialités proposées.

Pour finir, le choix de l’option n’a pas été facile. A Brest il y a le choix entre agronomie, analyse biologique et biochimique et génie de l’environnement. J’ai donc postulé aux deux dernières, j’ai été pris en génie de l’environnement.