Pascal – 1ère année Licence Sciences Sanitaires et Sociales

« Les contenus proposés me plaisaient. »

« Le changement avec le lycée n’a pas été trop brutal, j’ai bien été intégré. » « A partir de l’année prochaine, il va y avoir des TD dans cette filière, ce qui sera plus simple pour l’intégration des personnes dans la fac. » « Il y aura également de plus en plus de dissertation et moins en moins de QCM. »

« On a des professeurs qui sont très à l’écoute, qui nous demande à la fin du cours si ça se passe bien. » « Si il y a des soucis, il y a des délégués qui peuvent faire le lien entre les élèves et les professeurs. » « Si les élèves veulent envoyer un mail à un professeur, ils peuvent passer par l’intermédiaire du délégué. »

« On a énormément de débouchés, on peut accéder à beaucoup de master. » « A la fac, on se sent très bien, on est bien pris en charge par les associations. » « On est mis dans le bain directement et on peut bien s’intégrer dès le début. » « On peut faire aussi des rencontres grâce aux TD. »

Juliette – 1ère année PACES

« Je suis intéressée par le domaine de la santé. »

« C’est assez compliqué au début, il faut s’y faire, c’est un rythme à prendre. »
« En PACES, il faut apprendre tous les détails, c’est pas si facile que ça en à l’air. Par semaine, on a 16h de cours, sinon c’est que du travail personnel, les cours c’est limite un temps de pose pendant les révisions. »

« Le rapport avec les professeurs et ce qui change le plus par rapport au lycée. »

« PACES, c’est une année commune aux études de santé, c’est pas une année de médecine, il y a différentes spécialités : médecine, odontologie, kiné, maïeutique, pharmacie. »

« Faire une activité en dehors de la PACES, ça permet de lâcher prise et c’est hyper important. »

« Il faut être bien accompagné parce que c’est compliqué moralement. » « Il faut une hygiène de vie saine pour bien vivre cette année. » « Si vous voulez faire PACES, il faut être motivé, apprendre à avoir confiance en vous et bien dormir. »

Coralie, étudiante en 2ème année de sage-femme

Au lycée, j’ai choisi de suivre un Bac S par intérêt pour les matières scientifiques. Pourtant en seconde et première je n’étais pas vraiment passionnée par les SVT. Ce n’est que lors de la terminale où on commence à étudier le corps humain et son fonctionnement que je m’y suis intéressée. J’ai donc obtenu un baccalauréat scientifique spécialité mathématiques.

En ce qui concerne mon orientation, jusqu’en début de terminale, je n’avais pas vraiment pris le temps d’y réfléchir. Puis la première idée qui m’est venue en tête, c’est le métier de contrôleur aérien. J’ai alors effectué un stage à la base aéronautique de Landivisiau. Le métier me plaisait bien mais pour y parvenir il faut préparer un concours au sein de prépas scientifiques et je me suis vite rendu compte que faire autant de maths et de physique ne me passionnerait pas.
Je me suis alors posé des questions sur ce qui me plaisait et sur ce que je me voyais faire plus tard. Et c’est en allant à des salons de l’étudiant que je me suis intéressée au domaine médical (ayant déjà eu une approche auparavant lors d’un stage en 4ème que j’ai effectué au centre de Perharidy à Roscoff). Etant donné que depuis toute petite j’aime beaucoup les bébés, je me suis penchée plus spécifiquement sur le métier de sage-femme.
J’ai alors cherché des renseignements sur le métier et les études pour y parvenir. Et ce qui me plaisait beaucoup c’est l’alternance cours-stage, lors des études, afin de mettre directement en pratique ce que l’on nous enseigne en cours. C’est donc pour cela que je me suis inscrite en première année de médecine afin de passer le concours de sage-femme.
Au cours, de l’année j’ai également choisi de tenter le concours de médecine par attrait pour les matières enseignées. J’ai finalement été reçue au concours de sage-femme du premier coup pour mon plus grand bonheur.

Actuellement je suis en 2eme année à l’école de sage-femme, il me reste donc 3 ans avant d’obtenir mon diplôme et d’exercer ce métier passionnant !

Anna, étudiante en 3ème année de médecine

Quand j’étais petite, je voulais être puéricultrice. Mes parents sont tous les deux infirmiers j’ai eu très tôt un aperçu du monde médical. Au fil du temps, par des rencontres et des salons d’orientation, je me suis renseignée sur les autres métiers de santé pour finalement m’inscrire en médecine, sans envie particulière de spécialité.

J’ai fait toute ma scolarité à Diwan (écoles bilingues Breton-français) où j’y ai obtenu un Bac S spécialité Mathématique. J’ai ensuite suivi deux premières années de santé, n’étant pas assez bien classée au concours la première fois. A l’issue de ce concours j’ai choisi médecine plutôt que dentaire ou sage-femme ; je n’avais pas d’idée précise de spécialité, ça m’ouvrait donc plus de portes.

Je suis actuellement en troisième année et en parallèle de mes études je prépare un Master 1 d’éthique médicale et hospitalière pour pouvoir éventuellement m’orienter vers la recherche ou l’enseignement dans l’avenir.

Pour l’instant j’ai été en stage en chirurgie ORL, rééducation fonctionnelle, neurologie et pneumologie. Le choix de la spécialité ne se faisant qu’en fin de 6ème année, j’ai encore le temps de découvrir d’autres services !