Le tri sélectif à l’UBO: ce que l’on fait déjà

Avec ses 20 000 étudiants et ses 2000 personnels, l’UBO produit son lot de déchets. Si la réflexion pour l’optimisation de leur collecte est menée, une grande partie d’entre eux est déjà ramassée dans une perspective de revalorisation. Aperçu d’un état des lieux.

Sont collectés les déchets spéciaux suivants :

– Déchets chimiques et assimilés
– Déchets d’activités de soins à risques infectieux
– Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE)
– Déchets radioactifs
– Cartouches de toners des imprimantes et photocopieuses
– Lampes

Concernant le campus de Brest, les déchets banals, eux, sont collectés grâce à deux systèmes : 

  • Des containers type bac 1100 litres : UFR Droit, PN2B, BU Bouguen, GU, Présidence, SUMPPS
  • Des containers ECODI 10 m2 : UFR Sciences, médecine, AES, UFR Lettres

Les containers de couleur bleue sont dédiés aux cartons et papiers.

Les containers de couleur grise sont dédiés au tout-venant.

Pour les localiser, vous pouvez vous reporter au plan ci-dessous, ou, mieux, vous promener sur le campus, à pieds ou à vélo, pour les repérer.

Les containers gris sont remplis quotidiennement par les personnels de la Direction du patrimoine lors de la collecte des déchets.

Il est important de préciser que les containers bleus, destinés à la collecte des papiers et cartons, sont mis à la disposition de toute la communauté. Toute personne volontaire pour y apporter ses papiers et cartons à recycler peut y avoir accès, et est très bienvenue pour participer à la démarche éco-citoyenne de collecte sélective.

En revanche, on constate trop souvent que les containers bleus sont pollués par des déchets autres que le papier et le carton, ce qui empêche la revalorisation de ces derniers et conduit tout le contenu du container directement à l’incinération. Il est dommage de perdre cette ressource à revaloriser, et en outre d’émettre encore plus de gaz à effets de serre.

Une réflexion est donc en cours pour améliorer le système, et la part de la sensibilisation dans la démarche éco-citoyenne semble importante à prendre en compte. En effet, si l’UBO est prête à évoluer sur ces dispositifs, le civisme de chacun de nous est également à solliciter.

5 réponses sur “Le tri sélectif à l’UBO: ce que l’on fait déjà”

  1. Il est dommage que le tri sélectif ne soit pas fait au niveau de chaque service, ou chaque couloir… Il y a du travail de sensibilisation à faire au niveau du personnel de nettoyage: je fais moi même mon tri sélectif dans mon bureau, mais il a fallu que je mette des grandes notes pour indiquer que je ne voulais pas que la personne de nettoyage (qui ne fait pas ce tri) emporte ma poubelle papier. Les distributeurs de boissons ne devraient pas contenir des gobelets en plastique mais en carton…. il y a énormément de travail, facile et pas couteux à faire. J’ai plein de suggestions

    1. Merci pour votre message (et excusez-moi pour le retard de ma réponse): je suis intéressée par vos suggestions car la réflexion sur la nouvelle organisation avance, et les témoignages et idées sont bienvenus.

  2. A propos du tri sélectif je pense que c’est un problème pratiquement insoluble car il dépend uniquement de la bonne volonté des gens. Et la raison pour laquelle je dis cela est que j’ai souvent l’occasion d’aller jeter mon papier et cartons dans le container près du bâtiment D en sciences. Et quand je soulève les clapets je suis toujours déçue de voir que les gens font n’importe quoi : cartons non mis à plat, sac d’herbe et de feuillage (!!!), vieil ordinateur, plastique. je ne sais pas si c’est vraiment du je-m’en-foutisme ou que l’affichage n’est pas assez clair étant donné que maintenant on ne voit que le côté de la benne quand on arrive. Maintenant cela pourrait être aussi un manque d’informations (je déduis cela de mes conversations avec mes collègues). Pourrait-on envisager de faire plus de publicité pour ces bennes par des opérations de communications dans les couloirs des facultés, des affiches pour expliquer aux gens, car il y en a encore qui ne savent pas comment se passe le tri à l’UBO ? On pourrait aussi de distribuer des corbeilles à papier spécifiques avec explications inscrites dessus.

    1. Bonjour,
      en effet, il y a un problème d’information et de communication, auquel on va travailler. Et merci beaucoup, donc, pour ce témoignage.
      Heureusement, ce n’est pas un problème insoluble: une personne travaille actuellement sur le dossier, pour réorganiser complètement la logistique de nos déchets, de la poubelle, à la source, jusqu’à l’enlèvement. C’est un chantier important, mais le système va évoluer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *